Mouvement par la fin

Un portrait de la douleur

RAHMY Philippe
2005
978-2-84116-098-3 17 € - disponible
Grands fonds

Extrait :

Je veux encore dire que chaque vie me semble plus digne d’amour que la mienne mais que je n’en désire aucune autre, pas même celle dont je suis privé. Il vient dans cet absentement concret qui me blesse un peu plus de beauté chaque jour : à mesure que je m’éloigne de la lumière, je m’enfonce davantage en elle.

Prix des Charmettes / Jean-Jacques Rousseau 2006
Postface de Jacques DUPIN
Publié avec le concours du Centre national du Livre et du Conseil régional d’Auvergne
Troisième édition 2008 - Troisième mille
Pages : 64
Format : 14,5 x 22,5 cm

Comment aborder ce livre bref, brûlant et glacé, dont le titre est complété abruptement, et comme écartelé, roué vif, par les mots : « un portrait de la douleur » ? De là, en deçà, ici, la douleur est un regard. Un regard qui se reconnaît, qui s’approfondit et s’allège quand les mots qui le traversent crissent sur le papier. Le point d’origine, le premier mot jaillit de l’instant de la mort et s’efface dans la torpeur.

Jacques Dupin (extrait de la postface)


J'ai dîné avec un poète. Jean Pierre Siméon, poète et éditeur chez Cheyne éditeur, cette petite maison qui fêtait ce soir là, ses 25 ans. Cheyne Editeur est basée en Haute‑Loire à Chambon‑surLignon, Jean- Francois Manier et sa femme Martine Mellinette éditent de la littérature contemporaine, Matin Brun, et de la poésie, leurs livres sont magnifiques, le papier et doux et rugueux à la fois, les livres sont imprimés au plomb. Jean Pierre Siméon, donc, me dit, "vous devriez parler de poésie !" Et il me raconte avec passion à quel point on peut convaincre les autres de lire de la poésie. Pas seulement des haikus de 3 vers, des poèmes élégiaques de 300 vers, mais aussi de la prose. "Ce qui fait la poésie, dit‑il, c'est l'intensité ! Si la langue atteint un degré extrême de densité et d'intensité, si le mot écrit est porteur d'une profondeur, c'est de la poésie". Le lendemain, je reçois un livre qu'il publie dans sa collection, Mouvement par la fin, un portrait de la douleur, de Philippe Rahmy. Et c'est un choc. Un texte immense sur la douleur. Rahmy a 41 ans, il est égyptologue, il a étudié la philosophie, il est atteint de la maladie des os de verre. On devine son expérience de l'hopital, de la chirurgie. Sa souffrance, à défaut de la maîtriser, il la connaît, comme une compagne qu'il a domestiquée. II lui parle et s'adresse à son corps, à nous, aussi. II a appris à comprendre la douleur, peut-être même à l'aimer. Philippe Rahmy écrit par exemple : "Une douleur finit, elle coulisse à l'intérieur de mon corps en nage, je la respire comme la mer". Souffrir le conduit vers la sagesse et la patience. Plus que nous autres, bien portants, il dévore la vie sans ignorer que la mort le regarde de très près. Jaillit, à chaque page, ce que Siméon appelle "l'intensité". Et si les mots de Rahmy choquent et bouleversent, c'est par la tranquillité qu'ils dégagent, alors que la réalité est douloureuse, dans une langue remarquable, une musique foin de toute forme de dolorisme.

Vincent Josse, France Inter, jeudi 2 mars 2006


L'Agenda

[+] Voir tout l'agenda